Schizo Vaud, association vaudoise autour de la schizophrénie
La schizophrénie

Causes et symptômes

Au début, les symptômes de la schizophrénie ressemblent beaucoup à un état dépressif. Toutefois, avec le temps, la schizophrénie se caractérise par des symptômes qui lui sont propres – essentiellement de deux types (positif ou négatif) – et pouvant provoquer des crises plus ou moins aiguës, selon leur nature et leur intensité.

Plusieurs de ces symptômes ne sont présents que par périodes, dans les phases de crise notamment. Chaque malade présente ces signes de façon un peu différente.

Les symptômes positifs s’ajoutent à l’expérience de la personne et à ses comportements habituels. Ils ne sont pas considérés comme anormaux par le malade, mais peuvent provoquer une déréalisation (c’est-à-dire une impression d’étrangeté, de bizarrerie, d’irréel ou de flou) et peuvent parfois entrainer une dépersonnalisation (le sentiment d’étrangeté face à soi-même).

Les symptômes négatifs, au contraire, se soustraient aux capacités de la personne. Ils ont souvent des effets très handicapants sur la vie du malade et modifient la façon d’éprouver ou d’exprimer des émotions (par exemple, le patient se sentira d’humeur terne et plate, n’aura plus beaucoup de motivation ni d’énergie et son discours semblera plus pauvre et laconique que de coutume). Ces symptômes peuvent grandement affecter l’entourage du malade.

L’apparition de la schizophrénie dépend de multiples facteurs, à la fois génétiques et liés à l’environnement. Les causes génétiques (à ne pas confondre avec héréditaires) provoquent des anomalies ainsi qu’un dérèglement chimique et fonctionnel du cerveau.

Les causes environnementales principales qui déclenchent la maladie sont, par exemple, les circonstances de la vie provoquant de fortes émotions. En raison de sa nature et de sa vulnérabilité, la personne ne parvient pas à gérer ses émotions et c’est à ce moment-là que peuvent survenir les premières manifestations des troubles.

Comme facteurs déclencheurs, on recense aujourd’hui :

  • Les événements heureux (mariage, naissance, déménagement, etc.) ;
  • Les événements douloureux (séparation, décès, guerre, migration, séparation avec la famille, etc.) ;
  • Le stress répété et mal géré (au travail, dans la famille, à l’école, pendant les études, etc.) ;
  • Les tensions fortes vécues au quotidien dans son environnement ;
  • La consommation de substances (parfois en quantités élevées et combinées entre elles).